Réalisation d’un film en « shikomori » sur la protection de l’environnement

Publié le par Bienvenue dans le blog de djibaba.ingenieur

 Société - Environnement
Réalisation d’un film en « shikomori » sur la protection de l’environnement

M. Slim Chraïti, de l’Université de Genève en Suisse, du Département de zoologie et biologie animale et spécialiste en images, est aux Comores pour la réalisation d’un film de sensibilisation sur les tortues marines et l’environnement en général. Ce film qui sera en comorien, est destiné avant tout au public local. C’est grâce à Patricia Tella de l’organisation Terre & Faune que ce voyage a pu être mené à bout.
La venue de ce spécialiste a été rendue possible grâce au soutien de la Société suisse d'études et de protections des cétacés (SCS, sigle anglais). La SCS est une organisation indépendante à but non lucratif dont l’objectif est de « promouvoir la connaissance des mammifères marins pour favoriser leur protection. Dans ce but, la SCS diffuse de l’information vulgarisée sur les mammifères marins, favorise l’accès à la formation spécialisée et assure la logistique de programmes scientifiques à retombée environnementale. »

Depuis plus de 10 ans, cette ONG lausannoise organise des expéditions en partenariat avec des chercheurs. Elle recrute des éco-volontaires dans toute la Suisse romande. Pour cette ONG, seule une politique rigoureuse d’information permet de faire comprendre au public les enjeux réels de la conservation de ces animaux et de leur environnement.

Dans notre pays, le Centre nationale de documentation et de recherche scientifique (Cndrs) et l’ONG Ulanga-Ngazidja soutiennent cette initiative, qui va concourir à vulgariser tout le travail important qui est mené par les organisations de protection de l’environnement.

Slim Chraïti a déjà réalisé un film sur les poissons-chats au Suriname. Il a déjà passé une semaine à Mohéli, plus particulièrement dans la localité d’Itsamia, connue pour abriter beaucoup de tortues et surtout une communauté qui a compris le gain qu’elle pouvait tirer dans les actions de conservation, plus particulièrement la protection de la tortue.

Le film devrait être disponible au début de l’année prochaine, dans la mesure où il est envisagé de produire un film de qualité et qui soit un outil aux mains des associations de protection de l’environnement.

Actuellement M. Chraïti continue son travail à Ngazidja et doit se rendre sur les sites de ponte et recueillir les impressions de ceux qui consomment cet animal. Rappelons que la tortue verte est protégée par La Convention internationale sur le trafic sur les espèces en danger (Convention on International Trade in Endangered Species, CITES) qui interdit tout commerce international des espèces de tortues marines.

Commenter cet article