Projet 2009-2010 : Corridor biologique en Amérique centrale

Publié le par Bienvenue dans le blog de djibaba.ingenieur

 

Projet 2009-2010 : Corridor biologique en Amérique centrale. Le 26 septembre 2009, « Exode tropical » quitte une nouvelle fois la France pour une expédition d’un an pour l’un des plus grands corridors biologiques du monde : l’Amérique centrale. En voici le premier carnet de voyage.



Passionnés par la richesse du monde vivant, nous agissons à notre échelle pour préserver ces extraordinaires réservoirs de biodiversité que sont les forêts tropicales.

Un centre d’intérêt qui persiste depuis plusieurs années et qui est devenu un véritable projet professionnel dont l’Amérique centrale est le coeur. Le 26 septembre 2009, « Exode tropical » quitte une nouvelle fois la France pour une expédition d’un an.

  

Projet 2009-2010 : Corridor biologique en Amérique centrale Le 26 septembre 2009, « Exode tropical » quitte une nouvelle fois la France pour une expédition d’un an pour l’un des plus grands corridors biologiques du monde : l’Amérique centrale. En voici le premier carnet de voyage.

 

Du Mexique au Panama, cette nouvelle aventure pour « Exode tropical » aura pour principaux objectifs :

  • d’élargir une base de données naturalistes (photographies, reportages, séquences vidéo, fiches espèces, enregistrements sonores) pour enrichir des expositions en lien avec la biodiversité, pour publier de nouveaux articles en ligne et en kiosque et compléter notre site Internet ;
  • de poursuivre la rédaction de récits de voyage illustrés.
  • de créer et encadrer de nouveaux circuits naturalistes mais aussi de participer à la rédaction ou réactualisation de guides de voyage ;
  • de réaliser avec des professionnels une série de documentaires vidéo.

 

Projet 2009-2010 : Au coeur du corridor biologique Mésoaméricain

 

Il y a seulement trois millions d’années, sous l’action lente mais puissante des plaques tectoniques, de nouvelles terres émergent à la surface de la Terre. Situées entre deux grandes masses continentales alors indépendantes, l’Amérique du nord et l’Amérique du sud, elles forment une passerelle où vont se croiser un nombre prodigieux d’êtres vivants. En quelques milliers d’années, ces nouvelles terres donneront naissance à l’un des plus grands corridors biologiques du monde : l’Amérique centrale.

 

Dans sa définition géographique commune, l’Amérique centrale est constituée de sept pays : le Guatemala, le Belize, le Salvador, le Honduras, le Nicaragua, le Costa Rica et le Panama.

Il existe un autre découpage, historique cette fois, qui s’étire du sud du Mexique (états du Golfe du Mexico, de l’Oaxaca, de Tabasco, du Chiapas et la péninsule du Yucatan) jusqu’au Costa Rica: on parle alors de la Mésoamérique, zone autrefois peuplée par diverses civilisations précolombiennes telles que les Mayas ou les Aztèques.

 

Nous parlerons indifféremment d’Amérique centrale ou de Mésoamérique pour évoquer la région s’étirant du sud du Mexique jusqu’au Panama. Cette zone, représentée en rouge sur la carte ci-dessous, constituera les limites géographiques de notre nouvelle expédition.

  

Projet 2009-2010 : Corridor biologique en Amérique centrale Cette zone, représentée en rouge sur la carte, constituera les limites géographiques de notre nouvelle expédition

 

Présentation du parcours

  

Le périple prévu le 26 septembre 2009 au départ de Cancun, au Mexique, durera une année complète. Il est important de préciser que l’objectif de notre projet n’est en aucun cas de se rendre impérativement dans chacun des pays évoqués ci-dessus.

  

Les régions visitées et le temps consacré à chacune sera fonction de l’intérêt naturaliste, scientifique et archéologique des réserves protégées, des initiatives de développement local rencontrées et des partenaires ou employeurs impliqués dans cette aventure. Notre expérience au Costa Rica nous a clairement démontré qu’une telle organisation permet une meilleure autonomie et une plus grande disponibilité, indispensables pour remplir nos objectifs.

 

A notre arrivée au Mexique, nous consacrerons plusieurs semaines à la découverte des régions de la péninsule du Yucatan et du Chiapas. Pour leur intérêt biologique, historique et culturel, plusieurs étapes sont envisagées, parmi lesquelles :

  • La réserve de la biosphère de Calakmul : en plein coeur du Yucatan, cette zone protégée constitue le corridor biologique le plus étendu du continent nord-américain. Jaguars, tapirs et singes hurleurs sont ici les maîtres des lieux. Cette réserve est aussi un site de première importance dans la civilisation maya, comme en témoignent les immenses cités encore ensevelies sous la jungle luxuriante.
  • Punta Laguna : au nord de la péninsule du Yucatan, ce village traditionnel s’est associé à une ONG de protection de l’environnement pour créer une Aire Naturelle Protégée. La conservation des singes-araignées est ici l’objet de toutes les attentions.
  • U Najil Ek’balam : la situation géographique de ce site en fait un lieu particulièrement intéressant pour l’observation des oiseaux et de la biodiversité en général. Cette région du Yucatan est aussi connue pour ses nombreux et magnifiques cenotes, grandes dépressions à ciel ouvert remplies d’eau de pluie. Des cavités naturelles près desquelles s’installèrent les Mayas.
  • Les villages Mancomunados : situé dans les hauts plateaux densément boisés de l’état d’Oaxaca, cet ensemble communautaire de huit villages abrite les peuples de la brume. Ces populations tirent 60% de leurs revenus des ressources de la forêt. Pour ne pas augmenter ce chiffre, ils ont cherché à développer en commun des alternatives économiques : l’éco-tourisme est en une.

En complément d’un équipement photographique numérique complet et de très bonne qualité, nous emporterons sur le terrain une caméra numérique et du matériel d’enregistrement sonore (modèles familiaux haut de gamme).

 

Les données rapportées serviront de base solide à la création ou réactualisation d’expositions sur la biodiversité (pour des centres de culture scientifique, des salons photographiques…), à l’illustration de sites Internet variés (forum des savoirs, éducation à l’environnement…), l’animation d’ateliers et de conférences sur la faune et la flore des forêts tropicales ou encore à la publication de reportages. Nous recherchons dès aujourd’hui de nouveaux associés pour agir dans ce sens.

 

Journal de bord et projets d’édition

 

Par ailleurs, nous poursuivrons l’écriture et l’envoie du journal « Carablancas » tout au long de l’expédition. L’ordinateur portable emporté sur le terrain nous permettra une diffusion régulière et richement illustrée. Pour recevoir ce journal, il suffit d’en faire la demande à l’adresse : exode_tropical@yahoo.fr

 

L’intérêt porté par les internautes à ce courriel mensuel nous motive aujourd’hui à mettre en place un programme d’échange avec des établissements scolaires de tout niveau.

 

Pour les enseignants désireux d’impliquer leurs classes dans un projet trimestriel ou annuel autour de la préservation de la biodiversité (particulièrement mise en avant en 2009 avec l’année Darwin), nous proposons de valoriser leur travail via notre site Internet : rédaction de nouvelles fiches naturalistes, création de cartes géographiques, traduction du site Internet en anglais et espagnol sont des thèmes envisagés pour cette collaboration.

 

Enfin, à l’image du projet d’édition « Dans la jungle du Costa Rica » nous rédigerons à notre retour un recueil d’anecdotes et de conseils de terrain pour découvrir et photographier les trésors naturels des différents pays d’Amérique centrale visités durant l’année.

 

Circuits naturalistes et guides de voyage

 

En écho à nos premières expériences très convaincantes dans ce domaine, nous poursuivrons en 2010 nos activités d’encadrement pour des circuits naturalistes au Costa Rica et nous élargirons nos travaux sur diverses zones de l’Amérique centrale. Nos compétences complémentaires nous permettront d’agir à la fois comme de véritables réceptifs mais aussi comme guides sur le terrain.

 

Projet 2009-2010 : Corridor biologique en Amérique centrale En écho à nos premières expériences très convaincantes dans ce domaine, nous poursuivrons en 2010 nos activités d’encadrement pour des circuits naturalistes au Costa Rica et nous élargirons nos travaux sur diverses zones de l’Amérique centrale.

 

Pour chaque étape de notre prochain périple, nous en évaluerons l'intérêt naturaliste et culturel, nous en étudierons les modes d’accès, les possibilités de logement, nous repérerons les activités offertes sur place et leurs tarifs : une grille d’évaluation sera systématiquement remplie. Pour les organismes intéressés par ce travail de repérage, cette grille pourra répondre à des requêtes particulières. Le choix des sites (pays, régions, réserves protégées…) et le temps consacré à chacun seront clairement fonction des demandes émises par ces organismes (tour-opérateurs, maisons d’édition…).

 

Réalisation d’une série de documentaires audiovisuels

 

Pour ce nouveau projet, nous souhaitons impliquer une équipe professionnelle de tournage dans la réalisation d’une série d’épisodes vidéo d’environ 20 minutes retraçant notre périple. L’idée est de mettre en scène notre voyage et d’en présenter les étapes les plus marquantes. Ces documentaires allieront des présentations :

  • de notre vie quotidienne (immersion culturelle, logistique générale, séquences de randonnées, transports locaux…) ;
  • de zones protégées particulières (faune, flore, législation, tourisme et portraits de personnes impliquées dans leur préservation…) ;
  • de projets de conservation et de recherche autour de la faune sauvage (associations, ONG, stations de recherche…) et des projets de développement locaux en lien avec la préservation des milieux tropicaux ;
  • de sites archéologiques pour illustrer la relation symbiotique des civilisations précolombiennes avec leur environnement.

 

En savoir plus : Historique et activités de « Exode tropical »

 

En novembre 2004, nous nous entourions de plusieurs étudiants en biologie pour créer une association d’éducation à l’environnement, « Exode tropical ». Celle-ci a pour objectif de faire découvrir au grand public et aux scolaires les richesses et bienfaits des forêts tropicales mais aussi de les sensibiliser aux problèmes écologiques majeurs de ces régions que sont la déforestation et la disparition de la biodiversité. C’est dans ce cadre que nous commençons à mettre sur pied des projets naturalistes au coeur des forêts tropicales en tant que bénévoles et reporters : les images rapportées à chaque expédition (photographies et vidéos) servent d’outil pédagogique pour la conception d’expositions et d’interventions scolaires, pour des publications, des conférences et tout autre moyen de communication.

 

Notre première initiative sur le terrain, intitulée « Le caméléon et son environnement », fut un reportage photographique d’un mois à Madagascar (lauréat de la bourse Défi Jeunes en septembre 2005) qui nous a permis de mettre en place des actions éducatives en France.

« Reporters volontaires au Costa Rica » : un projet professionnalisant Un an plus tard, notre passion ne cesse de grandir mais le statut associatif freine nos ambitions : « Exode tropical » devient alors un projet de vie personnel aux objectifs professionnels.

 

Très vite une seconde expédition s’organise avec le même leitmotiv. Nous choisissons cette fois-ci de nous investir pleinement sur le terrain en élaborant et finançant une année d’éco-volontariat et de reportages photographiques en Amérique centrale. Notre choix se porte sur le Costa Rica, un petit pays à la biodiversité unique qui s’implique fortement dans une politique de conservation des forêts tropicales et dans leur valorisation par l’éco-tourisme.

 

C’est ainsi que, de septembre 2006 à septembre 2007, nous avons participé à des missions de conservation de la faune sauvage, photographié un large éventail de la biodiversité costaricaine et rencontré toute une palette d’acteurs oeuvrant pour la défense de la nature. Depuis, nous multiplions nos actions pour valoriser cette année passée sur le terrain : site Internet, publications et expositions, conception et encadrements de circuits naturalistes.

 

Ressources naturalistes sur Internet

 

Véritable vitrine de nos actions, le site Internet que nous avons conçu permet au grand public et aux professionnels de suivre nos projets en cours et donne accès à tous nos travaux : photographies, fiches naturalistes et reportages sont mis à disposition pour ceux qui souhaitent se familiariser avec la faune et la flore des forêts tropicales : www.exode-tropical.com

 

Durant notre aventure costaricaine, nous avons tenu quotidiennement un journal de bord. Une fois par mois celui-ci nous aidait à rédiger notre « newsletter », transmise via Internet à nos proches, nos partenaires, aux curieux et passionnés qui nous entourent. Appelé pour l’occasion « Carablancas » (faces blanches en espagnol), en référence aux visages pâles des touristes et au nom local donné au singe capucin, ce journal en ligne a su trouvé ses lecteurs.

 

A notre retour, nous avons repris ces notes pour rédiger un livre. Aujourd’hui bien avancé, ce projet d’édition se présente comme un récit de voyage illustré qui recueille anecdotes et conseils de terrain pour l’observation et la photographie des espèces vivantes dans les écosystèmes costaricains.

 

Il présente le Costa Rica comme on le vit et non comme on le vend...Une maquette de présentation de cet ouvrage, intitulé « Dans la jungle du Costa Rica », est téléchargeable depuis notre site Internet et nous recherchons actuellement un éditeur pour nous suivre dans ce projet.

 

Conférences illustrées et expositions photographiques

 

Les images rapportées lors de nos voyages ont servis de base à la création de deux expositions photographiques : « Le caméléon et son environnement » (2005) et « Zoom sur la faune du Costa Rica » (2008).

 

Ces expositions ont donné suite à des interventions scolaires et des conférences : présentation d’espèces remarquables, exploitation du bois tropical, conservation et éco-volontariat sont des exemples de thèmes abordés selon l’audience.

 

En novembre 2008, nous exposions nos images au prestigieux salon photographique international de Montier-en-Der. Cette participation fut possible grâce à l’appui technique et financier de nos partenaires :

  • Adventure Sign, spécialiste de production en éléments visuels, pour l’impression d’agrandissements photographiques,
  • Naturimages, agence photographique avec qui nous sommes sous contrat depuis 2006 : parrain pour ce festival, leur implication nous apporte crédibilité et reconnaissance auprès des professionnels du milieu de la photographie naturaliste.

Créations et encadrements de circuits naturalistes au Costa Rica

 

Nos repérages studieux et nos compétences de terrain nous ont amenés à collaborer avec des tour-opérateurs pour la création et l’encadrement de circuits naturalistes. Originaux et authentiques, ils sont principalement axés sur la découverte de la biodiversité costaricaine.

  • Escursia, tour-opérateur spécialisé dans les voyages scientifiques et naturalistes. Départ prévus en avril, juillet et aout 2009 et 2010. A noter que deux encarts publicitaires ont été consacrés à la promotion de ce circuit dans les numéros d’avril et mai 2009 du magazine en kiosque « Sciences et Vie » ;
  • Terres Oubliées, tour-opérateur spécialisé dans les voyages d’exploration et d’aventure. Un circuit pour photographes est en cours de validation ; trois départs prévus en 2010.
  • Partenaires de communication et de diffusion

Commenter cet article