POURQUOI LE PROJET ACCLIMATE?

Publié le par Bienvenue dans le blog de djibaba.ingenieur

Depuis le début de l’ère industrielle, le climat mondial se réchauffe. Ce réchauffement s’accélère même depuis quelques décennies avec pour corollaire un accroissement des risques pour les sociétés humaines.  Les accidents climatiques (cyclones et tempêtes, inondations, sécheresses) se multiplient et s’intensifient, la disponibilité en eau douce diminue, certaines maladies apparaissent ou s’étendent, le niveau de la mer augmente sensiblement, menaçant villes côtières et certaines îles de disparition.

Si de nombreuses incertitudes scientifiques demeurent quant à l’ampleur de ce réchauffement et à ses conséquences, les pays de la Commission de l’Océan Indien ou COI (Comores, France / La Réunion, Madagascar, Maurice, et Seychelles) savent qu’ils risquent d’être particulièrement exposés.  Ce sont en effet des espaces clos et isolés, dont les ressources sont limitées et fragiles.  Leurs populations, leurs infrastructures et leurs activités économiques, se concentrent sur d’étroites bandes de terre.  Une modification de l’Environnement peut y entrainer des répercussions difficilement mesurables sinon catastrophiques.

Les conséquences de ce réchauffement dépendent aussi de la capacité des sociétés à y faire face.  Conscients des enjeux auxquels ils doivent faire les pays de la COI tentent de réagir individuellement tout en coordonnant leurs actions au niveau régional et international.  C’est le cadre d’action du Projet « Adaptation au Changement Climatique » ou ACClimate.  Démarré en octobre 2008 par le Secrétariat de la COI, il vise à renforcer ses capacités ainsi que celles des Etats membres de la COI à s’adapter au changement climatique, en améliorant notamment la compréhension de ses impacts potentiels sur les secteurs vulnérables de l’économie régionale (agriculture, santé, tourisme, préservation des ressources naturelles…).

Le Secrétariat de la Commission de l’Océan Indien – Quatre Borne, Maurice – est le maître d’ouvrage du Projet.  Celui-ci a pu être mis en place grâce à un financement du FFEM, du MAEE et de la Région Réunion.

Commenter cet article