La cause principale Par Vincent NAGY

Publié le par Bienvenue dans le blog de djibaba.ingenieur

De façon certaine, l’ensemble des phénomènes observés découlent de l’accroissement de la concentration en gaz à effet de serre. Des simulations d’évolution du climat sur les sept derniers siècles permettent d’affirmer que cette augmentation n’est pas naturelle, c’est un forçage anthropique.   La part de l’Homme dans les échanges entre les différents réservoirs de carbone est minime. La combustion fossile libère 5 à 6 Gt/an, tandis que la respiration animale en émet 55 Gt/an. L’échange de carbone entre l’atmosphère et l’océan représente 111 Gt/an. C’est pourtant ce surplus qui est à l’origine d’une augmentation de 2 ppm/an, ramenant la teneur actuelle du carbone à 375 ppm là où la constante était de 280 ppm jusqu’en 1750. L’émission de ces gaz par les activités humaines (CO 2, méthane, NO 2 et halocarbures) provient en majeure partie des procédés industriels (29%), des secteurs résidentiels (23%) et de la déforestation (17%). Ce rejet de dioxyde de carbone, principal acteur du réchauffement, est dû à une croissance économique rapide supportée par l’énergie fossile. Les Etats-Unis sont le premier pays responsable du changement climatique, comptabilisant 25% des émissions. Ils sont suivis par l’Europe (17%), puis la Chine (14%).   Toutefois, la teneur actuelle des gaz à effet de serre aurait dû conduire à un réchauffement plus important. Ce sont les aérosols, et notamment les Chloro-Fluoro-Carbures (CFC) interdits désormais à la production et à l’utilisation, qui ont largement contribué à la diminution de l’ozone stratosphérique, contrebalançant alors le forçage radiatif.

Publié dans climat

Commenter cet article