Des bouées dans l’Océan Indien aideront à mieux comprendre et prévoir le climat

Publié le par Bienvenue dans le blog de djibaba.ingenieur

Des bouées dans l’Océan Indien aideront à mieux comprendre et prévoir le climat 

Un vaste réseau de bouées de recherche disséminées dans l’Océan Indien aidera les agriculteurs à mieux prévoir leurs cultures et plantations, et contribuera également à éclaircir les secrets climatiques de l’une des étendues d’eau les moins étudiées au monde, d’après ce qu’une équipe de scientifiques a déclaré.

 

L’Océan Indien était le moins observé et le moins compris des trois océans tropicaux, ont déclaré les scientifiques dans le cadre d’une étude sur le réseau de bouées, publiée cette semaine dans le Bulletin de l’American Meteorological Society.

 


Pourtant, les moussons dans la région de l’Océan Indien ont toujours été très graves pour les cultures et les prairies d’élevage qui sont une source de revenus pour un tiers des habitants de la région allant de l’Afrique de l’Est, de l’Inde, jusqu’à l’Asie du sud-est et à l’Australie. L’Océan Indien a également de grandes influences climatiques au niveau mondial, comme par exemple sur l’activité cyclonique dans l’Océan Atlantique.

 

L'étude permettra d’améliorer les prévisions météorologiques ainsi que la compréhension de l’impact du changement climatique sur cette région de l'Océan Indien

 

« L’Océan Indien est l’une des grandes inconnues restantes dans le monde parce dans le passé, nous avons très peu de données océaniques provenant de cette région du monde » a déclaré Gary Meyers, l’un des auteurs du rapport et directeur du Système d’Observation Marine Intégré de l’Université de Tasmanie au sud de l’Australie. « Nous n’avions même pas de bonnes données météorologiques pour la région de l’Océan Indien » a-t-il ajouté. 

 

Jusqu’à présent, des instruments de mesure ont été répartis dans 22 des 46 sites de mouillages qui s’étendent le long d’un arc allant de Sumatra en Indonésie à la côte est de l’Afrique équatoriale.

 

Une grande diversité de mesures climatiques et océaniques sont transmises via satellites aux chercheurs, et ces données sont également disponibles en libre accès au public, d’après ce qu’a indiqué Gary Meyers.

 

Des pays comprenant l’Inde, la Chine, l’Indonésie, l’Afrique du sud, l’Australie et les Etats-Unis financent ces recherches, qui devraient être terminées d’ici 2012.

 

Gary Meyers a déclaré que cette étude pourrait permettre d’améliorer les prévisions météorologiques ainsi que la compréhension de l’impact du changement climatique sur cette région de l’hémisphère sud.

 

Les données réunies grâce au réseau de bouées, baptisé RAMA (pour « research moored array for African-Asian-Australian monsoon analysis and prediction », c’est-à-dire la recherche par le déploiement de bouées pour l’analyse et la prévision des moussons dans la région Afrique-Asie-Australie), aidera également les scientifiques à mieux prévoir l’impact de phénomènes tels que le Dipôle de l’Océan Indien, qui est une fluctuation des températures à la surface de l’Océan Indien.

 

Lorsque ce phénomène est dans sa phase négative, il crée des courants d’eau froide à l’ouest de l’Australie, et des courants d’eau chaude dans la Mer du Timor plus au nord. Dans sa phase positive, ce modèle de températures est inversé, affaiblissant les vents et réduisant la quantité de moisissures transportées en Australie.

 

Les agriculteurs australiens utilisaient déjà les prévisions météorologiques réalisées grâce au Dipôle pour prévoir leurs cultures. Le Dipôle de l’Océan Indien affecte en effet également la force des moussons dans la région.

 

Deux phénomènes positifs de Dipôle très importants ont eu lieu en 1997-1998 et en 2006. Le Dipôle de l’Océan Indien est un des éléments du cycle général du climat mondial, interagissant avec des phénomènes similaires tels que El Nino dans l’Océan Pacifique. 

 

Un Dipôle de l’Océan Indien positif a accompagné un phénomène La Nina en 2007, ce qui représente une combinaison très rare qui n’avait eu lieu qu’une fois depuis le début des archives sur la question.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article